Decodex : qu’en faire pour les profs docs ?

Avant-propos : cet article traîne de plusieurs jours dans la zone brouillon de ce blog. Alors que je m’apprêtais à le publier, j’ai aperçu une nouvelle annonçant que le Décodex faisait à nouveau évoluer sa formule. Mais il me semble que la réflexion de fond vaut encore. Alors, je le publie, mais vous saurez qu’il est un peu anachronique…

Après plusieurs semaines de communication et de réaction autour du Décodex, la poussière n’est pas encore retombée un mois après la sortie de ce projet piloté par des journaliste du Monde, le débat reste rude, à juste titre me semble-t-il.
Je vais essayer d’expliquer ici de mon point de vue de professeur documentaliste pourquoi cet outil me semble être une mauvaise idée. Précisons : je vais traiter de la démarche du classement de la fiabilité des sites et l’annuaire qui en est tiré, celui qui a cristallisé le débat, beaucoup plus médiatisé, y compris par ses créateurs. L’autre pan du dispositif, quelques pages de conseil sur la manière de s’informer ne sont globalement ni pires ni meilleures que ce que l’on peut trouver ailleurs et que ce que font les profs docs ( et d’autres enseignants sans doute ) depuis des années. Les collègues pourront par exemple utiliser les petites cases de bandes dessinées pour illustrer ou synthétiser leur propos. Enfin, si la licence choisie par les auteurs le permet.

Je vois quatre raisons pour ne pas s’intéresser plus que ça à cet outil, car il ne répond pas aux enjeux fixés par le parlement quand il a voté la loi de Refondation de l’école en 2013 et institué l’Éducation aux médias et à l’Information comme un objectif pour la scolarité obligatoire, et pose des problèmes quant à l’emploi avec des élèves.

Les limites de l’outil

  • A sa sortie, le Décodex comptait une base de donnée de 600 sites, une goutte d’eau dans l’océan du Web, même francophone. Les concepteurs annoncent des mises à jours à venir, et proposent de contribuer en proposant aux utilisateurs du plug-in Chrome ou Firefox de signaler des sites non encore évalués. Mais enfin, comment penser que cette petite équipe pourrait concevoir un outil qui pourrait analyser l’essentiel d’Internet ?
  • Ajoutons quelques maladresses de langage dans la base de donnée et dans les commentaires. Ainsi, les Décodeurs désignent des pages Facebook, des chaines Youtube ou des comptes Twitter comme des « sites » internet. Cela peut ajouter de la confusion dans le vocabulaire des élèves et donc dans leur compréhension d’Internet.

Le conflit d’intérêt

Le risque de liste blanche

  • Comment un tel outil, paré de la force symbolique du Monde peut il être reçu par notre institution et ses cadres, eux mêmes formés intellectuellement dans l’écosystème de l’information du XXe siècle et prompts à relayer des discours sur « les dangers d’Internet » ou le nécessaire « Internet responsable » ? Face à un problème complexe, le Décodex apporte une solution simple, et même si ce n’est l’intention de ses concepteurs, il est tout à fait possible que quelqu’un, un jour, considère que pour régler le problème de l’accès à l’information et protéger nos jeunes enfants, on peut interdire dans les établissement l’accès aux sites labellisés en rouge, ou limiter à ceux labellisés en vert. Plus besoin alors de former à l’esprit critique, il suffit de leur montrer qui croire.

Le leurre du recours à une autorité

  • Le problème principal, c’est la conception même de ce qui est attendu d’un citoyen à l’heure actuelle en matière d’information. La solution aux enjeux de l’évaluation de l’information ne peut être l’appel à une autorité, même bienveillante ( ce qui semble être la cas ), même légitime ( ce qui est plus douteux ). Les critères d’évaluation des sources d’information que nous travaillons avec nos élèves sont souvent liés à la nécessité de répondre à une commande et aux exigences académiques. En ces matières, et en tout cas au niveau d’exigence que nous demandons aux élèves, il est possible de demander de leur demander de trouver une vérité. Mais l’enjeu véritable se trouve après ces situations de recherche scolaire, quand les citoyens doivent se faire une opinion sur des sujets complexes, qui demandent leur arbitrage pour un vote ou un engagement. Aucun Décodex ne devrait alors guider leur jugement. C’est au doute permanent que nous devons former les élèves, à l’usage de leur propre jugement, nourri et affuté, pour qu’ils puissent trancher entre une décision ou une autre, en assumant leur choix. Comme expliqué, dans un ancien article, il faut remettre de l’intelligence entre la chaise et le clavier.

Conclusion

J’ai bien conscience que dans les articles qui accompagnent  la mise en place du dispositif, les interviews qu’ils ont pu donner à cette occasion, comme dans les commentaires sur chacun des sites qu’ils analysent, les journalistes des Décodeurs mesurent leurs propos et évitent de se poser en gardiens de la « seule vérité vraie ». Nous pouvons également utiliser une partie des informations données sur les sites ou pages évaluées par les journalistes. Néanmoins la force symbolique du code couleur et du journal le Monde qui les emploient, ainsi que la première version de leur annuaire, donnent à leur initiative un aspect tout à fait anachronique, et amène tout ceux qui se réjouissent de la mise en acte du principe de la liberté d’expression que permet Internet à se méfier de cet outil.

Et à la limite, c’est bien. Après tout, si leur objectif était vraiment de favoriser l’esprit critique face aux informations, n’ont-ils pas atteint leur objectif en offrant un objet de controverses et de débats sur lequel chacun se positionne après réflexion ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s