En manoeuvre : une séance sur l’identité numérique avec les 3Ppro

J’ai eu l’occasion de mener une séance avec les 3ePPro de mon établissement, avec la commande suivante : « il faudrait leur parler de la CNIL c’est dans le socle commun ». Ce que je traduis en « il faut mener une séance sur l’identité numérique ». Cool, c’est dans le vent, j’ai quelques idées pour rendre ça vivant, ok, je le fais. Conclusion : la séance fonctionne pas mal, mais je ne suis pas très satisfait de la fin, trop magistrale. Par contre la première phase fonctionne très bien.

Titre : l’identité numérique

Public : élèves de 3e, en demi groupe ( 12 )

Dispositif matériel : une douzaine d’ordinateurs avec connexion internet, et un videoprojecteur.

durée : 3h

Notions abordées : identité numérique Évaluation : aucune, et c’est sans doute un problème

Déroulement : La récréation contraint à séparer la séance en deux. La première partie concerne les informations que nous laissons de manière volontaire sur Internet, et la seconde les traces, souvent invisibles pour les internautes, mais très utiles pour les entreprises ou les polices.

Introduction 10′ à 15′ : En plus de la nécessaire présentation et des objectifs de la séance, je suis parti d’une capture d’écran de la page d’accueil de Google lors de sa condamnation par la CNIL en février 2014.

google_cnil

Cela a l’avantage de partir d’une situation problème : comment cette entreprise si puissante s’est retrouvé obligé à modifier cette page d’accueil, blanche, bien connue de tous les élèves. D’ailleurs Google a essayé de faire appel de cette obligation d’insertion, sans succès.1 J’explique rapidement les causes de la condamnation de Google, et avec les élèves nous dégageons à l’oral les différents éléments qui composent une identité, et qui peuvent se retrouver sur Internet : les moyens d’identification d’une part ( nom, prénom, date de naissance …)  et ce qui permet d’en savoir plus sur ce que pense l’internaute ( goûts divers, activités, relations sociales…)

Phase de recherche 20 à 25′ : répartis en 4 groupes les élèves vont effectuer des recherches sur un thème qui va permettre lors de leur passage à l’oral de constituer le cours. Des questions permettent de baliser la recherche, il s’agit de trouver des éléments assez précis. Le document joint contient les fiches de recherches remises à chaque groupe. Thème 1 : la CNIL et la loi informatique et liberté Thème 2 : Le « bug » facebook du 24/09/2012 Thème 3 : La vie de Marc L*** et l’article du Tigre Thème 4 : Edward Snowden

Passage à l’oral de chaque groupe 20 à 25′ : chacun des thèmes présentés fait avancer le cours, et je complète ou précise les éléments apportés par les élèves suite à leur recherche. Normalement, chacun des thèmes à la possibilité d’étonner les élèves

la CNIL : existence d’un cadre légal, très tôt, presque 20 avant l’ouverture d’Internet au grand public. La CNIL française est une pionnière.  L’avertissement rappelant la possibilité d’accèder ou de supprimer les informations nous concernant est présent partout. La loi protège théoriquement nos données.

Le bug facebook : il s’agit d’un faux bug. Une panique générale a parcouru la planète, allant jusqu’à deux ministres français qui ont mis en demeure Facebook de s’expliquer. En définitive, il s’agit d’un changement d’interface du réseau social, qui n’a pas rendu publiques des conversations privées, mais a rendu plus facilement visible des échanges de l’ancien système « mur à mur ». La panique est venu de la crainte intuitive des utilisateurs devant les informations et données qu’ils avaient confiées à Google tout au long de leur utilisation du site.  J’en profite pour leur rappeler que Facebook n’efface rien des données que l’on mis sur ses serveurs, comme le montre ceux qui ont réussi à obtenir sur CD leurs données.

La vie de Marc L*** : Preuve par l’exemple de la dernière phrase, nous mettons tellement de données en ligne qu’un journaliste, sans pirater quoi que ce soit, a été capable de faire un portrait complet d’un inconnu à travers ses traces numériques

Edward Snowden : L’exploitation de données mis en ligne va au delà même de ce qui est public. Edward Snowden a révélé que par PRISM, le services de sécurité américain et d ‘autres ont accès à toutes les données des grandes entreprises du net américaines. Je montre une des diapositives de PRISM aisément accessibles sur internet 2.  

Conclusion : 5′ Au final, par l’exposition de ses éléments, on a tracé un panorama des données mis en ligne volontairement par les internautes.

Dans un deuxième temps, qui dure une heure, nous avons évoqué les traces laissés de manière involontaire par les internautes, par le biais notamment des spécificités techniques du réseau.

Cookies : Je leur montre la video de la CNIL qui fait le tour de la question. http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/ C’est l’occasion de leur dire que le moteur de recherche Google, sur lequel j’avais déjà fait une séance, utilise pour le pagerank des infos sur l’utilisateur ( localisation, recherches précédentes, historique de navigation…)

Les sites tiers : grâce à l’extension Lightbeam pour firefox, on peut voir facilement tous les sites auxquels on se connecte en affichant une simple page. Je précise le rôle par exemple des boutons J’aime de facebook ou G+1 de google. Je vous conseille la visite du site du journal 20 minutes et de certains articles, c’est spectaculaire.

Quelques éléments de protections : a l’écran, je leur montre qu’on peut effacer les cookies, installer les extensions adblock et ghostery.

La géolocalisation :  pour finir, je leur explique qu’un téléphone portable est forcément géolocalisable, et comment ces informations sont utilisées.   Cette deuxième phase me laisse insatisfait. A l’avenir je vais chercher un moyen de rendre les élèves un peu plus acteur sur ce sujet, peut être en essayant de créer un profil pour un internaute fictif. Sur l’ensemble, la séance fonctionne. Mais je me suis aperçu que je ne fais pas du tout le tour de ce qu’est l’identité numérique, et que l’ensemble du message est très pessimiste. difficile ce pendant de faire autrement sur le temps imparti, et dans le dispositif donné.

1 :http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/le-conseil-detat-rejette-la-demande-de-suspension-de-google-inc/

2 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f3/PRISM_Collection_Details.jpg/220px-PRISM_Collection_Details.jpg
seance identité numérique.odt

Publicités

7 réflexions sur “En manoeuvre : une séance sur l’identité numérique avec les 3Ppro

  1. Quelle séquence intéressante et riche ! C’est plutôt amusant de constater que je viens tout juste de publier un article sur le sujet également. Peut-être qu’en y prélevant le meilleur des deux nous en arriverions à une séquence parfaite ! ^^

  2. Pingback: Remettre l’intelligence à la périphérie ( ou entre le clavier et la chaise ) | docalabordage

  3. Pingback: Projets d'enseignants | Pearltrees

  4. Pingback: IDENTITÉ NUMÉRIQUE | Pearltrees

  5. Pingback: En manoeuvre : une séance sur l’identité numérique et le cyberharcèlement – docalabordage

  6. Pingback: Imago630 | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s