Professeur parce que documentaliste. 2, les mails de journées portes ouvertes

Depuis quatre mois au moins, ma boite mail professionnelle est remplie quotidiennement de messages m’annonçant les journées portes ouvertes de nombre d’établissements de mon académie. Cela peut monter à plus de dix par jour durant les semaines les plus chargées, entre les annonces et les rappels.

Du coup, je croule sous des « TR:TR:Fw:Portes ouvertes », et j’ai bien du mal à savoir a priori si l’info pourra intéresser mes élèves, sans ouvrir le mail, et la pièce jointe qui va avec.

Qu’est ce que ça nous apprend à nous ?

Déjà, que les EPLE feraient mieux de bien réfléchir à leur politique de communication. Il y a encore cinq ans, la communication sur les journées portes ouvertes passait essentiellement, en tout cas de là où je peux la voir, par l’envoi de courriers et d’affiches. C’était certes couteux, mais efficace, puisque nous étions incité à tranmettre le message aux élèves en mettant les affiches en question sur nos panneaux. Désormais, c’est à nous d’imprimer des fichiers en pièce jointe ( avec mon imprimante noir et blanc A4, ça rend super ! ), et de faire le tri dans les différents mails en fonction des filières et de l’éloignement de l’établissement en question.

Sauf que l’information peut être particulièrement fastidieuse à trouver dans ces envois de mails peu soignés : titres de mail peu parlant, corps de message inexistant, pièce jointe parfois compliqué à ouvrir. Donc ces mails n’attirent parfois pas notre attention pour que nous en fassions quelque chose.

De plus, l’amateurisme est parfois flagrant : Il m’est arrivé d’être capable de remonter la chaine des mails et des expéditeurs successsifs, par le contenu du corps du mail qui garde la mémoire des différents échanges : le secrétariat de mon établissement me transfère un messsage du secrétariat de l’établissement concerné, qui est un transfert du proviseur, puis du chef des travaux, puis du secrétariat du chef des travaux, puis d’un prof, avec parfois des informations internes. De l’amateurisme pur et dur.

D’accord, mais qu’est ce qu’on peut faire avec les élèves ?

Envoyer un mail est sans doute un acte moins simple à effectuer qu’il n’y parait. Combien de nos élèves sont capables de saisir la différence subtile entre le champ A:, Cc: et Cci: ?

Mais pour sortir de la formation presse-bouton, nous pouvons travailler sur le schéma de la communication, et leur faire prendre conscience que pour être lu par un destinataire, un message doit être sous une forme qui lui donne envie d’en prendre connaissance et qu’il peut décoder. »S’informer fatigue » selon la sentence clairvoyante d’Ignacio Ramonet. Dans une société de profusion de l’information, un message doit, dès ses méta-données, pouvoir être classé et anticipé, sous peine d’être négligé.

L’exercice de la lettre de motivation et du CV, passages obligés et répétés en LP, gagnerait ainsi à sortir du respect de modèles et de normes qui sclérose l’expression des élèves, pour permettre l’acquistion d’un vrai savoir, et la compréhension de notions.

Et ça, peu d’autres enseignants sont capables de l’analyser en professionnels.

Rappel
Episode 0
Episode 1

Publicités

2 réflexions sur “Professeur parce que documentaliste. 2, les mails de journées portes ouvertes

  1. Pingback: Professeur parce que documentaliste. 3, les manuels numériques | docalabordage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s